Bouvier bernois - LA LEISHMANIOSE
L'Enclos aux Anges - Elevage de Bouviers Bernois
La Leishmaniose

Santé du bouvier bernois, illustration Leishmaniose

Quand le printemps arrive, les phlébotomes sont avec lui !

Appelés aussi mouches des sables, la piqûre, inoculée par la femelle adulte, s’avère très dangereuse pour le chien. Actifs d’avril à octobre, au crépuscule et à l‘aube. Ils transmettent une maladie très grave, fréquente autour du bassin méditerranéen et souvent mortelle : la leishmaniose

Il est primordial d’utiliser un insecticide d’action répulsive, avec un collier Scalibor (actif 5 mois), qui a une action longue durée comparé aux pipettes. 
Un vaccin est depuis peu sur le marché Français, grâce à Virbac, disponible chez votre vétérinaire. La primovaccination est très minutieuse et à respecter à la lettre. Elle consiste en 3 injections à 3 semaines d’intervalles, puis un rappel annuel à faire légèrement en décalé des autres vaccins (voir les tarifs en fonctions des vétérinaires, à titre indicatif le montant de cette 1ère vaccination et son rappel coûterait environ 270 €) . 
Un dépistage sera effectué avant, afin de s’assurer que l’animal ne soit pas déjà atteint par la maladie (dans ce cas la vaccination serait inutile). 
Le vaccin se fait à partir de l'âge de 6 mois chez le chiot, son action sera efficace très rapidement après la primovaccination, l'immunité atteignant son plus fort taux à la fin des 3 injections. C’est une protection certes plus sûre et efficace, mais qui représente un coût non négligeable. Le vaccin agit sur la maladie transmise par le phlébotome, en complément il serait judicieux de continuer à mettre le collier Scalibor à votre poilu, pour une action répulsive, dans le but d'obtenir une protection optimale
Quoiqu’il en soit, il est indispensable de protéger votre Dinosaure, par des traitements antiparasitaires externes (colliers, pipettes), de mars à novembre et de lui fournir un abri s'il dort à l'extérieur ou de le rentrer à la maison le soir venu.

Les symptômes de cette maladie dépendent de la localisation du parasite dans l'organisme du chien. Ils peuvent apparaître simultanément ou séparément, ce qui rend le diagnostic d'autant plus difficile. 
Les principaux symptômes essentiels de la maladie sont les suivants:

  • Un amaigrissement progressif du chien.
  • Des problèmes cutanées. Les lésions de la peau sont généralement des lésions ulcératives (formant des « cratères » dans la peau) en particulier au niveau du nez, des oreilles, des coussinets. La peau présente souvent des pellicules en grand nombre (dermatite sèche) mais sans démangeaisons. Le chien malade peut également perdre ses poils.
  • Des saignements de nez plus ou moins fréquents et souvent impressionnants.
  • Des ongles anormalement longs.Les ganglions, le foie et la rate qui augmentent de taille.
D'autres symptômes sont plus occasionnels comme : 
  • Fièvre (pas toujours présente)
  • Une atteinte des yeux: les parasites peuvent également entraîner une inflammation des structures de l'œil (kétaro-conjonctivite, uvéite). Elle se manifeste par un œil rouge, larmoyant, douloureux, avec des écoulements.
  • Une atteinte rénale, qui peut être très grave et souvent irréversible. Elle se manifeste par une augmentation de la prise de boisson et par conséquent le chien urine plus et plus souvent.

Le pronostic de la leishmaniose

Le pronostic est toujours réservé car le traitement est long, pas toujours bien supporté par le chien et pas toujours efficace. Le traitement permet de faire disparaître les symptômes mais ne détruit pas tous les parasites présents dans l'organisme de l‘animal. Les rechutes sont donc possibles
Si le chien malade présente une atteinte rénale, le pronostic est mauvais car les lésions rénales sont irréversibles

Le traitement de la leishmaniose

Il existe un traitement spécifique pour cette maladie qui est réalisé sous forme d'injections, associé à la prise de comprimés. La durée et la fréquence du traitement est variable d'un chien à l'autre. Il dure souvent très longtemps (12 mois minimum et parfois à vie). Ce traitement est parfois mal supporté par le chien et doit être interrompu. Le chien doit être suivi régulièrement par le vétérinaire traitant car les récidives sont fréquentes.

Le vaccin agit directement sur la maladie, il n’a pas d’action répulsive sur le parasite, ce qui signifie que le risque de piqûre existe toujours (d’où l’intérêt de maintenir l’utilisation d’un antiparasitaire externe).

D’après les études, pour un chien vacciné qui serait piqué par le phlébotome infecté, l’action du vaccin agirait à 85% empêchant la maladie de se déclarer. Pour les 15% restant qui développeraient la Leishmaniose, l’intensité des symptômes et le degré de gravité seraient divisés par 4, permettant ainsi une plus grande chance de rémission avec un traitement moins lourd. 
N'hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire, et à comparer les tarifs.


Leshmaniose santé bouviers bernois



Retour
Retour au menu. Les Bernois de l'enclos aux anges